HALLOWEEN ? NON MERCI !

 

HALLOWEEN NON MERCI SANS FACON !!

Quelle est la signification d’Halloween et quelle devrait être l’attitude des chrétiens vis-à-vis de la célébration de cette fête ?

Pour trouver la réponse à cette question, dans la lumière que la Parole de Dieu nous donne, il serait bon de mentionner brièvement quelques détails historiques. Ensuite nous nous occuperons de certaines pratiques qui accompagnent la célébration de cette  » fête  » et enfin nous essayerons à définir l’attitude du chrétien en rapport avec ces choses.

Chaque année, le premier novembre, l’Église catholique en Europe observe la fête appelée de la Toussaint. On place des fleurs sur les tombes de parents ou d’amis décédés, mais il y a aussi une certaine coutume selon laquelle on met des chandelles allumées dans les fenêtres, la veille du 1er novembre. Pourquoi ? Pour  » aider les âmes perdues à trouver leur chemin  » (!) Aux États-Unis et au Canada on célèbre le même festival, mais d’une façon différente. Halloween est plutôt comme un carnaval que comme un acte de souvenir, avec les vêtements de déguisement, les masques, l’alcool, de la violence, les menaces, où l’influence des démons est consciemment ou inconsciemment présente.

Qu’est-ce qui est à l’origine de ces fêtes ?

Comme c’est le cas avec beaucoup de coutumes dans l’Église catholique et dans la vie des nations christianisées, nous trouvons l’origine de ces choses dans des fêtes et des usages païens et idolâtres. Quant à ces usages le jour de la Toussaint et Halloween, on pourrait retracer leur origine dans un festival des druides (prêtres d’une race celtique) qui habitaient en Angleterre, en Irlande et au nord de la France, avant le début de l’ère chrétienne. L’idée était que les âmes des personnes décédées avaient besoin d’être purifiées. Selon un certain rite magique, l’âme du défunt était transférée après la mort dans le corps d’un animal. Une fois par année, pendant la nuit du 31 octobre, les âmes enchantées étaient libérées par un dieu des druides appelé Samhain, le dieu de la mort. Ses âmes  » libérées  » retournèrent à leurs maisons et furent ainsi conduites ensembles dans leur ciel. Tout cela était lié à toute sorte de magie et accompagné de sacrifices de certains fruits et d’animaux et parfois d’êtres humains.

Les Romains, qui régnèrent 400 ans sur les Celtes, ont combiné leurs fêtes avec ce festival de Samhain. Lorsque l’Église catholique avait établi sa domination sur ces pays, Grégoire le grand (A. D. 540-604) conseilla à l’archevêque de Canterbury de maintenir les sacrifices d’origine druides et de les célébrer en l’honneur des saints  » chrétiens « . Plus tard, l’Église a approuvé la pratique de prier pour les morts, les gens allant de porte à porte pour mendier et pour prier, recevant des gâteaux comme récompense (précurseur des usages d’aujourd’hui). Ainsi on comprend comment ce mélange de pratiques occultes et  » chrétiennes  » a eu lieu. Encore plus tard, les pionniers anglais ont introduit ces coutumes en Amérique.

Qu’est-ce que la Parole nous enseigne ?

La Parole de Dieu, elle, rejette entièrement ces enseignements et ces pratiques. Lisons par exemple 2 Corinthiens 6:14-17 :
«  14 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?

15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?

16 Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

17 C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.  »

… où nous trouvons que de tels liens entre le christianisme et les pratiques païennes sont cinq fois condamnés catégoriquement. Selon 1 Corinthiens 10:14, « C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie « , les chrétiens doivent fuire l’idolâtrie, tout en réalisant que la chair en eux, si non-jugée, va les inciter à commettre l’idolâtrie et la fornication, parce que la chair est en inimitié contre Dieu. Là il faut réaliser aussi que la puissance des démons est plus grande que la force du chrétien en lui-même : en tant que laissé à lui-même à cause de sa désobéissance, il ne peut profiter des ressources en Dieu.

Pensons également aux exhortations que le Seigneur Jésus donne dans Apocalypse 2:13-15 et 20-23. Sans vouloir élaborer sur ces derniers passages, il faut remarquer que ce développement d’une synthèse (ou d’un  » mariage  » si vous voulez) entre le christianisme et le monde politique et idolâtre – dans quelque forme qu’il se manifeste – ne se limite malheureusement pas à l’église catholique, mais a pénétré les églises protestantes et les dénominations évangéliques.

Les âmes de ceux qui sont morts

En ce qui concerne les âmes des morts, il nous faut réaliser que, selon les Écritures, rien ne pourrait se faire pour changer le sort des défunts. Ni ces pratiques de l’Halloween, ni les prières ou les messes pour les morts, ne peuvent changer le sort des âmes de ces personnes mortes ! Ce qui compte devant Dieu pour déterminer le sort futur d’une personne, c’est la vie présente :  » Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs  » (Hébreux 4:7).  » Voici, c’est maintenant le temps agréable ; voici, c’est maintenant le jour du salut » (2 Corinthiens 6:1). Balaam, le faux prophète qui a introduit l’idolâtrie et la fornication au milieu du peuple de Dieu, avait le désir de mourir la mort d’un homme droit (Nombres 23:10), mais il n’a pas voulu vivre comme un homme juste ! C’est pour cela que Dieu l’a rejeté, lorsqu’il est mort. Quel est votre choix ?

La Parole de Dieu nous parle (Apocalypse 20. 11-15)

« 11 Et je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus, de devant la face duquel la terre s’enfuit et le ciel ; et il ne fut pas trouvé de lieu pour eux.

12 Et je vis les morts, les grands et les petits, se tenant devant le trône ; et des livres furent ouverts ; et un autre livre fut ouvert qui est celui de la vie. Et les morts furent jugés d’après les choses qui étaient écrites dans les livres, selon leurs oeuvres.

13 Et la mer rendit les morts qui étaient en elle ; et la mort et le hadès rendirent les morts qui étaient en eux, et ils furent jugés chacun selon leurs oeuvres.

14 Et la mort et le hadès furent jetés dans l’étang de feu, c’est ici la seconde mort, l’étang de feu.

15 Et si quelqu’un n’était pas trouvé écrit dans le livre de vie, il était jeté dans l’étang de feu. »

adresse de l’article : http://cms.unpoissondansle.net/?p=1469

Merci de visiter ce bon site chrétien, un poisson dans le net : http://cms.unpoissondansle.net/

Creative Commons License

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/