Recherche

les parchoniers Blog

Partager la Bible et vivre ses enseignements à Noyon et dans le Noyonnais

Tag

le Courrier Picard

Un temple protestant à Noyon

Non, ce n’est pas suite aux fouilles archéologiques qui ont été faites en vue de la construction d’un nouveau complexe scolaire à Noyon que les chercheurs auraient découvert le site d’un ancien temple protestant dans notre ville !!

Tout simplement, comme le relate l’article du Courrier Picard, la Communauté Protestante de Noyon va acquérir le bâtiment qui a abrité jusqu’à récemment l’ancien cinéma le Paradisio.

Comme le dit fort justement le pasteur Daniel Kuehl dans l’article, l’église dans la Bible n’est jamais un bâtiment mais des personnes. Néanmoins il faut bien un endroit moderne, fonctionnel, sécurisé, accessible et connu dans la ville pour accueillir l’assemblée des croyants et toutes personnes en recherche sur Dieu.

Vous trouverez, ci-après, le lien pour consulter cette article sur le site du Courrier Picard http://www.courrier-picard.fr/130627/article/2018-08-19/les-protestants-soffrent-le-cinema-de-noyon

Pour l’article complet merci de cliquer https://lesparchoniers.files.wordpress.com/2018/08/article-courrier-picard-20-aoc3bbt-2018.jpg (NB pour agrandir l’article merci de cliquer en même temps, sur votre clavier, sur les touches CTRL et +)

Alors bonne lecture et rendez-vous le dimanche 2 septembre 2018 pour le culte de rentrée de la Communauté Protestante de Noyon !

 

Publicités

NOYON LES PROTESTANTS CHERCHENT PLUS GRAND

Le Courrier Picard, dans son édition du 4 août 2016, a consacré un article à la Communauté Protestante de Noyon.

Vous trouverez, ci-après, les extraits principaux de ce dernier.

Pour consulter l’intégralité de l’article, merci de cliquer sur le lien suivant:

http://www.courrier-picard.fr/region/noyon-les-protestants-cherchent-plus-grand-ia192b0n826086

NB1: la photo date du 1er culte de la CPN le 23 septembre 2012 !

NB2: La CPN est actuellement en vacances !
Reprise des cultes le dimanche 4 septembre 2016
à 10h30 au Cinéma Paradisio

NOYON Les protestants cherchent plus grand

PUBLIÉ LE 04/08/2016

Stéphane Le Barber

La salle 2 du cinéma sera bientôt trop exiguë pour les fidèles du culte protestant créé en 2012, de plus en plus nombreux. La jeune communauté veut acquérir un local.


Le pasteur Daniel Kuehl célèbre le culte protestant pour une communauté qui dépasse désormais les 100 membres.

L e cinéma nous convient pour l’instant, mais il faudra aller ailleurs si l’on veut continuer à grandir…  » Le pasteur Daniel Kuehl s’y attend : les 135 fauteuils rouges de la salle 2 du Paradisio ne vont bientôt plus suffire à accueillir la jeune Communauté protestante de Noyon (CPN). C’est en effet là, face au grand écran, que l’association auprès de l’entreprise ce local appartenant à la commune, depuis mars 2014, afin de célébrer le culte du dimanche matin. Seulement voilà : de 54 fidèles au début, en 2012, à l’époque dans un salon de l’hôtel Saint-Éloi, la communauté est vite passée à plus d’une centaine. Et Daniel Kuehl espère de nouvelles venues : pas moins de 17 000 tracts présentant l’association ont été distribués dans les boîtes aux lettres de près de 60 communes du Noyonnais et des environs de Roye, fin mai.

« Nos jours sont comptés au Paradisio »

Du coup, le pasteur américain a entamé la recherche, en ville, d’une salle à vendre. Sans donner suite aux premières opportunités rencontrées : les bâtiments de l’ancienne discothèque L’Athéna et de l’ex-miroiterie. «  Ce sont plutôt des hangars, dont l’achat aurait impliqué beaucoup de travaux, confie cet habitant des abords du Chevalet. Nous avons plutôt besoin d’une salle à même d’accueillir 150 personnes, avec des pièces annexes  ». Mais sur quels moyens financiers compte-il ? «  L’acquisition serait faite par la Communauté protestante, avec le soutien de l’Alliance des églises évangéliques interdépendantes, qui regroupe 40 Églises en France dont la nôtre  ».

Les matinées dominicales poussent jusque-là Daniel Kuehl et plusieurs laïcs à avoir recours au système D, derrière la porte du cinéma du boulevard Ernest-Noël : outre le culte, les classes de catéchèse ont, elles, lieu dans l’espace de réception du Paradisio, derrière des cloisons amovibles destinées à répartir en quatre catégories d’âge la cinquantaine d’enfants réunie. «  Ils étaient 30 à 35 voilà encore deux ans, mais d’autres familles se sont jointes à nous, précise le pasteur. Et au fond, il y a la garderie. » Impossible pour la communauté, dans ces conditions, d’accueillir les baptêmes dont la fréquence augmente malgré tout : en avril dernier, trois ont été « délocalisés » à l’église baptiste de Chauny, de même que six autres l’an passé. «  Même si ça nous dépanne, nos jours sont comptés au Paradisio, glisse le sexagénaire, qui avait déjà fondé le culte évangélique de Senlis voilà 23 ans. Des personnes sont intéressées pour venir nous rencontrer le dimanche matin, mais en nous voyant dans une salle d’hôtel ou de cinéma, elles peuvent être amenées à se dire que notre Église n’est pas créée à 100 % ». Les besoins existent pourtant, estime-t-il : «  Les gens se sentent démunis sur le plan spirituel. Tout le monde sent l’importance d’avoir, ici, une ville multi-confessionnelle  ».

la CPN fait la une !

Non, ce n’est pas encore tout à fait la une, mais juste deux articles parus
dans le Courrier Picard et le Parisien.

Dans un premier temps, le quotidien régional a interwievé notre pasteur Daniel Kuehl
qui a fait un rapide historique de la CPN.

Quant au Parisien, la journaliste est venu assister à notre culte dominical.

Bonne lecture !

Le Courrier Picard du 25 février 2015

Courrier Picard article 250215

Le Parisien du 9 mars 2015

Le Parisien article 09032015

NB: Pour une meilleure lecture, merci de cliquer sur la photo

LA CPN SOUFFLE SA PREMIERE BOUGIE

Article CP 2 octobre 2013

POUR AGRANDIR L’ARTICLE MERCI DE CLIQUER DESSUS

VOUS TROUVEREZ LE MEME DOCUMENT AU FORMAT PDF

SUR CE LIEN: Article CP 2 octobre 2013

LE PASTEUR DE LA CPN A LA UNE !

article CP 05052013

POUR AGRANDIR L’ARTICLE MERCI DE CLIQUER DESSUS

VOUS TROUVEREZ LE MEME DOCUMENT AU FORMAT PDF

SUR CE LIEN: Article Courrier Picard du 5 mai 2013

Des protestants évangéliques à Noyon !

NOYON Les protestants veulent rompre l’isolement

Rebecca Cognet, une Anglaise installée à Noyon depuis 2008, a fondé avec son époux, Denis, l’association Les Parchoniens (« partageurs », en picard). Le Noyonnais abrite des fidèles de deux autres églises protestantes.

Une Anglaise et son mari ont fondé une association culturelle et accueillent chez eux des rencontres entre fidèles d’une église évangélique. Deux autres Britanniques font partie des adhérents, surpris par l’absence de lieu de culte en ville.

Sa foi est moins répandue que la foule des catholiques à la cathédrale, mais elle existe bel et bien dans le Noyonnais. Après les fidèles de l’Église réformée de France (ERF) et les baptistes, une autre église protestante cherche à rassembler : Rebecca Cognet et son époux, Denis, ont tenté d’obtenir un stand, sur le marché du samedi ou le Marché franc, dédié à l’association culturelle qu’ils ont fondée fin 2008, Les Parchoniens (« les partageurs » en picard). Cette dernière compte une dizaine de membres, dont trois Anglo-Saxons, tous pratiquants au sein d’une association membre de la fédération protestante évangélique, France pour Christ.

« Nous aimerions nous faire connaître, dans le but de partager notre foi, précise Rebecca Cognet, une Anglaise arrivée dans l’Hexagone voici dix ans. Le but est aussi d’aider notre prochain. À ce sujet, un autre projet serait de présenter des produits issus du commerce équitable. »

« Aucun temple, c’est choquant dans la ville de Calvin »

Ces protestants se heurtent à leur tour à l’absence de lieu de culte à Noyon. Si les réformés et les baptistes se rendent respectivement aux temples de Compiègne et Chauny, eux doivent s’exiler à Saint-Quentin. Une telle situation – instaurée lorsque le musée Calvin était devenu laïc, au début des années 1980 – surprend cette Noyonnaise d’adoption : « Cela m’a choquée à mon arrivée dans la ville, en 2008. Bien peu de monde savait qui était Jean Calvin avant la célébration des 500 ans de sa naissance ; or c’est lui qui a créé mon culte, réagit Rebecca Cognet. Je me suis d’ailleurs installée à Noyon en partie parce qu’elle est la cité de Calvin. »

Elle et son mari accueillent, chaque jeudi, un « moment de partage », des prières, à leur domicile de la rue des Boucheries. Non sans se sentir proche des réformés : le couple adhère à une autre association culturelle, à vocation historique, fréquentée par ces derniers, Les Amis du musée Calvin. Mais les protestants évangéliques s’estiment encore trop peu connus localement : en 2009, pour l’année Calvin, ils avaient ainsi fait distribuer des tracts. « Des personnes d’Allemagne et des États-Unis étaient là pour nous aider. On a reçu une vingtaine de contacts, en retour », confie l’Anglaise d’origine, élue trésorière des Parchoniers, tandis que Denis, lui, en est le président. Jusque-là, la Ville a refusé à deux reprises leur souhait de présence mensuelle sur l’un des marchés noyonnais.

Pas de quoi gommer l’attachement de Rebecca Cognet à sa nouvelle ville : elle a quitté Paris pour Noyon « surtout parce que c’est un endroit à taille humaine où tout le monde se connaît, sourit la native du Nord de l’Angleterre. Au début, je ne devais rester en France qu’une année pour mes études, puis c’est devenu deux, puis trois. Ensuite j’ai rencontré mon mari et je ne suis jamais rentrée au Royaume-Uni ».

STÉPHANE LE BARBER

(AVEC MAXIME MASCOLI) Le Courrier Picard du samedi 10 avril 2010

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-locale/Compiegne-Noyon-Creil/Les-protestants-veulent-rompre-l-isolement

NB : l’association s’appelle bien les Parchoniers non les Parchoniens….

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑