Recherche

les parchoniers Blog

Partager la Bible et vivre ses enseignements à Noyon et dans le Noyonnais

Tag

AEEI

Perspectives de résurrection

Nous voici à Pâques pour proclamer, à nouveau, la victoire de la résurrection de notre Seigneur. En effet, la mort n’a pas pu le garder. Mais y pensons-nous, vraiment ? Nous passons souvent du temps, les semaines avant Pâques, à méditer les événements de la dernière semaine du Seigneur, avant sa crucifixion. Dimanche dernier nous avons peut-être célébré les rameaux – sa démonstration puissante d’être le Messie et le roi d’Israël, qui a été si rapidement suivie par d’autres cris de la foule, pour demander sa crucifixion.

Nous avons peut-être étudié les différentes paroles du Seigneur sur la croix ou médité son procès, le reniement de Pierre, le découragement des disciples, leur crainte, puisque tout semblait terminé (puisqu’ils n’ont pas « entendu » sa promesse de ressusciter le troisième jour). Puis, arrive le dimanche de Pâque, et le tombeau vide. La joie indescriptible des disciples, puisque le Seigneur est réellement ressuscité !

Mais qu’en est-il pour nous, ces jours-ci, au sujet de la résurrection ? Nous y croyons, mais peut-être comme Marthe, lors de la mort de Lazare : « Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera lors de la résurrection, le dernier jour » (Jean 11.24). Elle y croyait, certes, mais d’une manière très « théorique » et lointain. En quoi la résurrection du Seigneur, le dimanche de Pâques, change-t-elle notre perspective sur la vie, aujourd’hui ?

Je vous invite à considérer brièvement les paroles de l’apôtre Pierre, en 1 Pierre 1.3-5, pour développer cette perspective « actuelle », pour nous aussi : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ! Conformément à sa grande bonté, il nous a fait naître de nouveau à travers la résurrection de Jésus-Christ pour une espérance vivante, pour un héritage qui ne peut ni se détruire, ni se souiller, ni perdre son éclat. Il vous est réservé dans le ciel, à vous qui êtes gardés par la puissance de Dieu, au moyen de la foi, pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps ».

Oui, Jésus-Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité ! Mais voyons-nous ce que cela change pour nous, aujourd’hui, dans ce monde ? Premièrement, selon Pierre, notre nouvelle naissance est réellement une naissance – à la vie éternelle. Et cela, ce n’est pas « pour après notre mort » uniquement. Nous vivons, maintenant, en Christ, pour ne jamais mourir, même si notre corps peut encore disparaître. Mais notre espérance est vivante, ce n’est pas juste un vague « espoir » qu’il y ait quelque chose d’autre après la mort. Nous avons déjà notre place près du Seigneur, et personne ne peut nous le prendre, personne ne peut nous empêcher de nous y trouver le moment venu ! Car, comme Pierre termine ce petit paragraphe ô combien riche, nous sommes « gardés par la puissance de Dieu » !

Parce que Christ est ressuscité, nous vivons, nous aussi, aujourd’hui, dans la puissance de sa résurrection. Et il ne faut pas oublier que la résurrection « rachète » aussi la création toute entière (voir par exemple Romains 8.19-25), la vie éternelle n’est pas une « vue de l’esprit ». Débarrassons-nous des influences de notre héritage « gréco-romain » sur le fait que l’esprit est « bon » et la matière insignifiante, car il y a un homme, et dans un corps humain (certes, glorifié !) assis à la droite de Dieu le Père dans son ciel, attendant le moment où il viendra pour nous réunir avec lui – dans notre corps, et que nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre. Ce n’est pas juste une « vie en esprit » pour toute l’éternité ! Par son incarnation et sa résurrection, le Seigneur a également « racheté » la matière, le monde matériel. Aujourd’hui, la résurrection est-elle une vérité suffisamment puissante pour nous, suffisamment concrète dans nos pensées, pour que nous aussi, comme Paul, nous puissions dire que nous gémissons, parce que nous voulons, nous aussi, « nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie » (2 Cor 5.2-5) « Nous savons en effet que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi par Jésus et nous fera paraître avec vous dans sa présence » (2 Cor 4.14).

Joyeuse Pâques !

Henry Oppewall
Président de l’AEEI
Pour lire l’article original: http://www.alliance-aeei.org/perspectives-de-resurrection


NB: La Commauté Protestante de Noyon fait partie d’une alliance d’églises en France, dénommée Alliance des Eglises Evangéliques Interdépendantes (AEEI http://www.alliance-aeei.org/) qui fait elle-même partie du Conseil National des Evangéliques des France (CNEF http://lecnef.org/) qui regroupe la plupart des chrétiens protestants évangéliques dans notre pays.

Nous laissons à votre réflexion l’article qui suit du Président de notre alliance d’églises, Henry Oppewall sur le thème de Pâques.

Bonne lecture !!

Publicités

REPOSEZ-VOUS UN PEU

La Communauté Protestante de Noyon (CPN) part aussi en vacances cet été ! Les uns et les autres profitent de ce temps estival pour visiter leurs familles, les églises chrétiennes aux alentours mais aussi pour se reposer un peu.

La CPN fait partie d’une alliance d’églises en France, dénommée Alliance des Eglises Evangéliques Interdépendantes (AEEI http://www.alliance-aeei.org/) qui fait elle-même partie du Conseil National des Evangéliques des France (CNEF http://lecnef.org/) qui regroupe la plupart des chrétiens protestants évangéliques dans notre pays.

Nous laissons à votre réflexion l’article qui suit du Président de notre alliance d’églises, Henry Oppewall sur le thème du repos, repos physique, certes, mais aussi spirituel.

Bonne lecture !!

REPOSEZ-VOUS UN PEU

Nous avons parfois l’impression, de nos jours, que l’on nous en demande toujours plus : plus de temps, d’investissement, de disponibilité. L’accent qui est mis sur la « productivité » en rajoute une couche. Et qui, d’entre nous qui sommes dans un ministère à plein-temps, ne sommes pas tentés de « prouver » que nous travaillons autant que les autres, sinon encore plus, en montrant nos agendas surchargés ?…

Ce sera bientôt l’été, un moment pour prendre des vacances. Qu’allons-nous en faire – réellement !? Dans le temps, certains considéraient le repos comme « un péché ». J’ai souvenir de commentaires comme « le Diable ne se repose jamais – alors nous non plus ! » Certains serviteurs ont sacrifié leur famille, leur santé, en s’épuisant « au travail ». Et c’est vrai qu’il y a beaucoup à faire, « toujours » à faire… Mais ce n’est pas la perspective de Jésus lui-même. Pour préparer ce temps de vacances cet été, je vous invite à prendre au sérieux le conseil de Jésus aux apôtres, au retour de leur mission de ministère (voir Luc 9.1-6), selon le passage parallèle en Marc 6.30-31 :

« Les apôtres se rassemblèrent autour de Jésus et lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait et tout ce qu’ils avaient enseigné. Jésus leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu ». En effet, il y avait beaucoup de monde qui allait et venait, et ils n’avaient même pas le temps de manger ».

On peut comprendre les apôtres – pleins d’enthousiasme – vu les résultats de leur ministère. Mais, comme nous, ils pouvaient tomber dans le piège de l’activisme, le « faire », oubliant que pour pouvoir faire « de la bonne manière », il leur fallait aussi du repos, pour avoir la force de poursuivre. Je n’entrerai pas dans le débat sur le « respect du sabbat ». C’est le seul des dix commandements qui n’est pas répété dans les conseils donnés aux Églises. Et Paul souligne même que « ceux qui font une distinction entre les jours le font pour le Seigneur et celui qui ne fait pas de distinction le fait aussi pour le Seigneur » (Rom 14.5-13). On note, cependant, que Dieu lui-même a consacré un jour pour « se reposer » et contempler son œuvre (souligné en Ex 20.11) et l’a érigé en principe pour que nous ayons, nous aussi, un jour de repos. Jésus, lui aussi, a souvent pris du temps « à part », certes pour prier (j’y reviendrai), mais aussi comme le passage de Marc le souligne, parce qu’il fallait se renouveler et se reposer.

Examinons-nous nos « jours de repos » ? Que faisons-nous ? Des courses, du jardinage, du ménage, etc. ? Ce sont, certes, des choses nécessaires, qu’il faut arriver à faire à un moment donné, et donc, souvent cela « tombe » pendant notre jour de congé, parce que nous n’allons pas faire cela à la place de notre travail. Mais si nous ne faisons que changer d’activité, savons-nous vraiment « prendre du repos » ? De telles activités ne sont pas la réponse, même si elles sont également nécessaires.

Je vous laisse étudier la question, pour vous permettre, peut-être, de « faire autrement », non seulement cet été, mais aussi de temps en temps, assez régulièrement tout au long de l’année. Avons-nous fini par apprendre l’importance d’un temps consacré à un « vrai repos » (pas juste une grasse matinée et des activités « de loisir »), mais un moment aussi pour « faire silence », pour faire taire tous les bruits ambiants, afin d’écouter notre âme, et encore plus, rechercher le Seigneur dans une communion « plus intime » avec lui que seul ce temps à part peut produire ? Car si le repos physique, le renouvellement de nos forces sont importants, le repos de notre âme, le renouvellement de notre esprit le sont autant, sinon encore plus !

Il y a beaucoup de passages qui parlent de ce temps de renouvellement, où il est d’abord essentiel de faire taire le monde extérieur, mais aussi nos questionnements et nos pensées. Le mot « repos » comporte aussi une connotation théologique de bien-être et de paix. Considérons juste quelques exemples, qui sont riches en promesses de renouvellement :

D’abord, la « prise de conscience » de la grandeur de notre Dieu, lorsque nous le contemplons tel qu’il est réellement : « L’Éternel, lui, est dans son saint temple. Que toute la terre fasse silence devant lui ! » (Habaquq 2.20).

Ensuite, le Psaume 4.5-9 : « Si vous vous mettez en colère, ne péchez pas! Parlez dans votre cœur, sur votre lit, et faites silence. Offrez des sacrifices conformes à la justice et confiez-vous en l’Éternel. Beaucoup disent : « Qui nous fera voir le bonheur ? » Fais briller la lumière de ton visage sur nous, Éternel ! Tu mets dans mon cœur plus de joie qu’ils n’en éprouvent quand abondent leur blé, leur vin [et leur huile].
Je me couche et aussitôt je m’endors en paix, car c’est toi seul, Éternel, qui me donnes la sécurité dans ma demeure ».

Prenons réellement du temps pour le repos de notre âme, en plus du repos physique, cet été. Cherchons le Seigneur, qu’il nous renouvelle selon sa force, en étant notre secours, la source de toute bonté, tel qu’il est réellement !

Henry Oppewall
article original http://www.alliance-aeei.org/reposez-vous

 

INFORMATION CPN

Comme cela a été précisé dans l’introduction de cet article, il n’y aura donc pas de culte de la CPN durant cet été. La reprise est prévue pour le dimanche 3 septembre 2017.

Aussi, nous vous invitons à visiter les églises voisines et, à toutes fins utiles, nous vous laissons, ci-après, une liste non exhaustive avec les liens pour les informations complémentaires les concernant:

BONNES VACANCES !!

 

la CPN fait la une !

Non, ce n’est pas encore tout à fait la une, mais juste deux articles parus
dans le Courrier Picard et le Parisien.

Dans un premier temps, le quotidien régional a interwievé notre pasteur Daniel Kuehl
qui a fait un rapide historique de la CPN.

Quant au Parisien, la journaliste est venu assister à notre culte dominical.

Bonne lecture !

Le Courrier Picard du 25 février 2015

Courrier Picard article 250215

Le Parisien du 9 mars 2015

Le Parisien article 09032015

NB: Pour une meilleure lecture, merci de cliquer sur la photo

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑