NOEL: UN COEUR A COEUR AVEC DIEU

Noël arrive à grands pas et malheureusement, c’est une habitude, il y aura un grand absent:
JESUS !
Alors pour bien préparer nos coeurs à cette grande fête, je vous propose une méditation de Frère Roger, fondateur de la Communauté de Taizé, intitulé « Aimé d’un amour d’éternité » ainsi qu’une vidéo « Heart » (coeur en anglais) du dessinateur Alain Auderset.

« M’aimes-tu ? »: c’est l’ultime question de Jésus à Pierre. Cet homme était assombri, abattu d’avoir renié par trois fois Jésus, avant sa torture sur une croix. Et voici le Ressuscité devant lui. Mais Jésus ne le condamne pas pour son reniement. Il ne prend pas l’attitude du fort. Il ne tire pas sur la corde de la mauvaise conscience déjà attachée au cou de Pierre. Dans le Christ, il y a des entrailles d’humanité: lui aussi, dans sa vie terrestre, a longé des chemins d’obscurité.

A Pierre, le Christ ne dit que ces trois mots: « M’aimes-tu ? » Et Pierre de répondre: « Seigneur, tu sais que je t’aime ». Une seconde fois, Jésus reprend: « M’aimes-tu ? » Pierre de répondre à nouveau: « Mais tu sais que je t’aime. » Une troisième fois, Jésus insiste: « M’aimes-tu plus que ne font ceux-là ? » Et Pierre, troublé: « Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime ».


Depuis ce jour, à chaque être humain sur la terre, le Christ inlassablement demande: « le premier, je t’ai aimé. Et toi, m’aimes-tu ? »
Il est des jours où nous nous bouchons les oreilles: cette question devient insupportable, tant il est vrai que personne ne parvient à aimer par un acte de volonté.

Le savons-nous assez ? Le Christ n’oblige jamais à l’aimer. Mais lui, le Vivant nous aime d’abord, il se tient aux côtés de chacun, comme un pauvre, comme un obscur. Il est là, même dans les événements les plus difficiles, dans la fragilité de l’existence. Son amour est une présence non pas d’in instant mais pour toujours. Cet amour d’éternité ouvre un devenir au-delà de nous-mêmes. Sans cet ailleurs, sans ce devenir, disparait l’espérance….et se dissipe le goût d’aller de l’avant.

Face à son amour d’éternité, nous le pressentons, notre réponse concrète ne peut pas être fugitive, pour une période seulement, quitte à nous reprendre ensuite. Notre réponse ne peut pas non plus être un effort de volonté, certains s’y briseraient. Elle est davantage de nous abandonner.


Se tenir devant lui, avec ou sans paroles, c’est savoir où reposer son coeur, c’est lui répondre comme un pauvre. Là est le ressort secret d’une existence, là est le risque de l’Evangile. Même si parfois je ne sais plus si oui ou non je t’aime, toi le Christ, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime.


Les bonheurs forts sont offerts à qui prend les risques de cet amour, sans en calculer les conséquences. Dès que nous cherchons un bonheur pour nous servir nous-mêmes, à plus ou moins brève échéance ce bonheur fuit. Plus ardemment, nous voulons le saisir, plus il s’enfuit loin de nous.

Chercheur passionné de son amour d’éternité, qui que tu sois, sauras-tu où reposer ton coeur ? A travers ta blessure elle-même, il ouvre la porte d’une plénitude: la louange de son amour. Abandonne-toi, donne-toi. Là est la guérison des blessures, et non seulement des tiennes: déjà, en Lui, nous nous guérissons les uns par les autres.


Tiré du livre « Son amour est un feu » de Frère Roger de Taizé © édité par les Presses de Taizé 1988

Vidéo « HEART » Alain Auderset

site du dessinateur alain auderset: https://www.auderset.com/
Pour se procurer les bandes dessinées: https://shop.auderset.com/

SI VOUS CONNAISSEZ PERSONNELLEMENT JESUS RAPPROCHEZ-VOUS DE NOUVEAU DE LUI POUR UN COEUR A COEUR
SI VOUS CHERCHEZ L’AMOUR, DIEU VOUS L’OFFRE GRATUITEMENT DANS UN COEUR A COEUR AVEC JESUS

Publicité